IC2 Technologies
Voivert express
©Claude Tremblay
©Claude Tremblay
©Claude Tremblay
©Claude Tremblay
©Claude Tremblay
©Claude Tremblay
©FGMD et associés architectes
©FGMD et associés architectes
©Carolyne Fontaine
©Carolyne Fontaine
©Carolyne Fontaine
©Carolyne Fontaine
©Carolyne Fontaine
©Carolyne Fontaine
©Carolyne Fontaine
©Carolyne Fontaine

Centre scientifique communautaire du Centre d’études nordiques

 
Région administrative : 10 Nord-du-Québec
Whapmagoostui - Kuujjuaraapik , QC , J0M 1G0
Canada
Catégorie : Institutionnel
Type de bâtiment : Combustible
Type de construction: Construction neuve
Certification(s)

Équipe de projet

Gestion de projet: Fournier Gersovitz Moss Drolet et associés architectes
Architecture: Fournier Gersovitz Moss Drolet et associés architectes
Génie structural: Genivar
Génie civil: Genivar
Génie électrique: Cima+
Génie mécanique: Cima+
Construction: Verreault

Prix et distinctions

Prix d’excellence Cecobois, catégorie Développement durable | 2011

Vertima
Échéancier de réalisation: 2009-10
au 2011-04
Usage: Institutionnel
Superficie des planchers brute: 395 m2
Nombre d'étage(s): 2
Coût: 3 M $




Station de recherche construite au début des années 80, Whapmagoostui-Kuujjuarapik est la principale infrastructure de recherche du Centre d’études nordiques (CEN) pour l’étude des géosystèmes et des écosystèmes nordiques. Véritable plaque tournante du réseau de recherche, elle accueille chaque année chercheurs et étudiants québécois, canadiens et internationaux, au cœur d'un village à la frontière de la taïga et de la toundra, à la jonction entre les baies de James et d'Hudson. Constituant la porte d’accès Ouest au Nunavik, Whapmagoostui-Kuujjuarapik abrite une communauté biculturelle, crie et inuit. Le centre scientifique communautaire devait donc répondre tant aux attentes des scientifiques qu'à celles des deux communautés locales et à un double objectif de visibilité internationale et d'ouverture sur les communautés.

Faits saillants

  • Enveloppe extérieure présentant des niveaux supérieurs de résistance thermique et d’étanchéité à l’air;
  • Approche de conception bioclimatique, incluant notamment l’exploitation des gains solaires passifs;
  • Préfabrication des fermes de toiture en usine;
  • Choix de matériaux adaptés aux conditions nordiques, reconnus pour leurs qualités écologiques et dont les résidus peuvent être recyclés localement;
  • Aucune source de pollution lumineuse vers le haut;
  • Appareils de plomberie à faible débit;
  • Chaudière et chauffe-eau raccordés à la même cheminée.

Défis relevés

Construire dans le Nord-du-Québec comporte de nombreux défis. Les plus grandes contraintes touchent principalement le transport et l’échéancier. De plus, la main-d’œuvre spécialisée est rare, tout comme les pièces de rechange. Le choix des matériaux et équipements a donc été fait en fonction des ressources locales disponibles, tant pour la pose que pour l’exploitation et l’entretien.
 

Caractéristiques écologiques

Aménagement écologique du site:

Le développement durable et la conservation de la nature ne sont pas des pratiques récentes, surtout dans un environnement nordique hostile, dénué de ressources et si fragile où le transport des matériaux est ardu, la saison de construction réduite et les contraintes climatiques imposent des solutions logistiques particulières. Rompu à la construction en milieu nordique,  la firme FGMDA a conçu un bâtiment performant qui respecte l'environnement et réduit la consommation d'énergie, notamment grâce à un chauffage solaire passif, une fenestration abondante au Sud, des planchers utilisés comme masse thermique et l’intégration de panneaux photovoltaïques. 

Gestion efficace de l’eau:

Le bâtiment est muni d'appareils de plomberie à faible débit, ce qui permet une réduction de la consommation d’eau potable estimée à 30 % comparativement à celle d’un bâtiment comparable standard.

Matériaux et ressources:

L'équipe de conception a dans ses choix architecturaux encouragé l’utilisation de ressources naturelles locales, de main-d’œuvre et d'entreprises de la région, favorisant ainsi l’économie régionale. Le projet est composé de bois, autant pour la charpente (lamellé collé d’épinette noire) que pour l’enveloppe extérieure (parement de cèdre rouge, sous-structure en pin et lambris de merisier). Ce choix en fait un bâtiment chaleureux, propice aux échanges interculturels. 

Innovation et processus de design:

Le nouveau centre scientifique du Centre d’études nordiques de l’Université Laval innove grâce l’intégration de stratégies et de technologies durables adaptées à un environnement nordique hostile. Parmi celles-ci, on peut accéder au centre scientifique communautaire par de petits trottoirs de bois, ce qui permet de préserver la végétation située au pourtour du bâtiment. Au fil du temps, la maturation de la végétation environnante ajoutera à la beauté de l’édifice. Notons que le choix des végétaux ayant servi la restauration du site est basé sur des recherches menées par des chercheurs du CEN, pendant la période de conception du projet.

 

 

Source: v2.com