IC2 Technologies
Voivert express
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer
© Marc Cramer

École des métiers de la restauration et du tourisme de Montréal

Consortium: 
Vincent Leclerc + Associés Architectes
Encadrement écologique: 
Blouin Tardif Architecture-Environnement
 
Région administrative : 06 Montréal
1822, boulevard de Maisonneuve Ouest
Montréal , QC , H3H 1J8
Canada
Catégorie : Institutionnel
Type de bâtiment : Incombustible
Type de construction: Rénovation
Certification(s)
  • LEED obtenueNC Argent

Équipe de projet

Architecture: AFFLECK de la RIVA architectes et Vincent Leclerc et Associés (architectes en consortium)
Génie structural: CIMA+
Génie civil: CIMA+
Génie électrique: WSP
Génie mécanique: WSP
Consultation LEED: Blouin Tardif Architecture-Environnement
Design d’intérieur: AFFLECK de la RIVA architectes et Vincent Leclerc et Associés (architectes en consortium)
Architecture du paysage: CIMA+

Prix et distinctions

Prix de la mise en valeur du patrimoine 2013Prix Reconnaissance en environnement et développement durable de Montréal 2013

Javascript est nécessaire à la visualisation de cette carte.
Vertima
Chargé(e) de projet: Gavin Affleck
Usage: École
Superficie des planchers brute: N/D
Nombre d'étage(s): 4




L’ancienne école Victoria figure parmi les quelques rares écoles du 19e siècle à avoir survécu jusqu’à présent à Montréal. Lorsqu’elle ouvre ses portes en 1888, elle dessert une communauté rurale, implantée légèrement à l’extérieur de la ville. Aujourd’hui, 125 ans plus tard, le quartier est devenu l’un des plus densément peuplés du Canada et le bâtiment initial, conçu par l’architecte Alexander Francis Dunlop, s‘est transformé pour accueillir l’École des métiers de la restauration et du tourisme de Montréal. Ce projet a fait l’objet d’un processus de consultation publique et de concertation des gens du quartier organisé par l’Éco-quartier Peter McGill, également responsable des initiatives de revitalisation urbaine touchant l’ensemble de l’îlot. L’École des métiers de la restauration et du tourisme de Montréal est le premier bâtiment certifié LEED de la Commission scolaire de Montréal.

Faits saillants

  • Réutilisation de 87 % de l’enveloppe du bâtiment et des éléments structuraux ;
  • Une efficacité énergétique de 33 % supérieure à celle de bâtiments comparables ;
  • Augmentation des espaces verts et diminution de l’effet d’îlot de chaleur ;
  • Réduction de la consommation d’eau potable de 48 % par rapport au bâtiment de référence.

Défis relevés

Le recyclage et l’aménagement des trois bâtiments qui composent l’ensemble, posaient plusieurs défis importants, notamment la volonté de concilier la conservation des matériaux et détails d’origine, tout en trouvant des solutions innovatrices, écologiques et durables, pour répondre aux nouveaux besoins du bâtiment. Et ce, tant sur le plan d’espaces pédagogiques adaptés à l’enseignement des métiers de la restauration que sur celui de la capacité d’accueil des visiteurs.

Caractéristiques écologiques

Aménagement écologique du site:

L’aménagement extérieur a fait l’objet d’un processus de consultation publique et de concertation des gens du quartier organisé par l’écoquartier Peter-McGill. Une décision importante des architectes a été de soulever du sol les anciens passages entre les trois édifices et d’en faire des passerelles vitrées. Le terrain, ainsi dégagé et aménagé, présente beaucoup plus d’intérêt pour les étudiants, le personnel et les résidents du quartier. La proximité de la station de métro Guy-Concordia et de plusieurs arrêts de bus, ainsi que la présence d’une piste cyclable, de range-bicyclettes devant le bâtiment et de douches, sont des incitatifs pour les occupants du bâtiment à utiliser des moyens de transport alternatif à l'automobile.

Gestion efficace de l’eau:

La création de fosses de plantation d’arbres et l’implantation d’un système permettant de recueillir les eaux de ruissellement provenant des toitures et des surfaces imperméables permettent de diminuer grandement la quantité et le débit de l’eau. Celle-ci, en grande partie, est dorénavant redirigée vers un bassin conçu pour l’irrigation des aménagements paysagers. Les toilettes et les lavabos utilisent des équipements à faible consommation d’eau. 

Énergie et atmosphère:

Une centrale de production d’eau chaude et d’eau refroidie, composée d’une chaudière au gaz à condensation et d’un refroidisseur avec condenseur à air, alimente un réseau de ventilo-convecteurs de quatre tuyaux décentralisés pour chauffer et climatiser les classes du bâtiment. L’air neuf est acheminé par une unité de ventilation avec récupération de chaleur sur l’air vicié. Le chauffage et la climatisation de l’air neuf est réalisé par serpentins à eau. La partie « atelier de cuisine » est chauffée à partir d’une unité de ventilation à débit variable équipée de serpentins à eau chaude. L’ensemble du bâtiment est muni d'un éclairage efficace. Les équipements de réfrigération installés ne contiennent pas de réfrigérants (CFC et HCFC). 

Matériaux et ressources:

Au moins 87 % de la structure du bâtiment, comprenant le plancher principal, la charpente du toit, la structure et la couverture des murs extérieurs, a été conservée, réduisant ainsi la demande en matériaux neufs. L'équipe de réalisation du projet a privilégié l’utilisation de matériaux ayant un contenu recyclé. Cela concerne des produits tel l’acier, le béton, les isolants et le gypse. Du bois certifié FSC (Forest Stewardship Council) a été utilisé pour l’ensemble du projet de restauration. 

Qualité des environnements intérieurs:

Afin d'assurer une meilleure qualité de l'air, les adhésifs, produits d’étanchéité, peinture et enduits possède un faible taux de composés organiques volatils. Reconnue comme ayant un impact sur le confort des élèves, la lumière naturelle est présente en abondance et les espaces ont été conçus de façon à assurer une vue vers l'extérieur. Ainsi, dans 90 % des espaces régulièrement occupés, on trouve des lignes de vue directes vers du vitrage donnant sur l’extérieur.